LE CONCEPT

le concept SAHARIA.

L’effort mondial nécessaire pour surmonter les questions de climat et de migrations ne se fera pas sans de profonds changements de paradigmes. Le climat changera inexorablement et les équilibres sociétaux aussi.

Une action peut incarner la résilience face à ces bouleversements. Certains africains l’ont déjà entreprise. Le reverdissement du Sahara est en cours. Jusqu’où ira-t-il ? Les efforts actuels peuvent-ils être multipliés par mille, jusqu’au rétablissement d’un Sahara vert et prospère, tel qu’il l’était il n’y a que 5500 ans ? Jusqu’à l’émergence d’un immense puits de carbone?

La régénération des anciennes terres permettra d’inverser l’exode rural et de revitaliser les points d’eau. Les bergers et les nomades verront leurs conditions de vie s’améliorer.

D’autres territoires pourront être fertilisés dans des zones qui sont actuellement totalement désertes. A ce stade, ce projet africain sera d’envergure mondiale. Les moyens mis en œuvre seront immenses. Sur ces terres pourront s’implanter des populations déplacées. Des contrats seront passés entre l’ONU et les pays possesseurs du sol, qui verront ainsi leur territoire se fertiliser, leur climat s’améliorer, le chômage se résorber.

Le concept SAHARIA envisage l’agriculture familiale comme base de ce phénomène sociétal. La formation d’humus, puis la pratique de l’agroécologie seront les fondements de cette reconquête du sol selon le génie propre de chaque population.

Un apport d’eau initial sera l’autre volet de cette action. Des moyens techniques importants devront être mis en œuvre pour cela. Or le Sahara est pourvu de possibilités d’adduction d’eau. Certaines sont déjà sur-exploitées, mais d’autres sont à prendre.

Un plan économique digne d’un effort de guerre permettra de mettre en marche une telle entreprise. Pour que des femmes et des hommes politiques, des financiers, des entrepreneurs, des agroécologistes se mobilisent, il faut que, dans un monde libre, les citoyens soient convaincus.

Le but du concept SAHARIA est donc de propager cette idée auprès de tous ceux qui se sentent citoyens du monde.